À l'agenda

accueil-ornament

Concert

Messiah, G.F. Handel, Arnold Schoenberg Chor, Erwin Ortner

Musikverein, Vienna

Nouvelles

Mozart arias, un franc succès!

Lire la suite →
"Au cœur d’Alcina, Karina Gauvin ouvre un abîme béant, transcendant cette vibration hallucinée qui achève de signer l’incarnation du rôle-titre la plus bouleversante sans doute depuis Arleen Augér..."

Diapason, septembre 2012

Biographie

DISTINCTIONS

Reconnue pour son travail dans le répertoire baroque, la soprano canadienne Karina Gauvin chante avec un égal bonheur Bach, Mahler, Britten et les musiques des 20e et 21e siècles. Au nombre des prestigieuses distinctions qu’on lui a décernées, on compte sa nomination au titre de « Soliste de l’année » par la Communauté internationale des radios publiques de langue française, le premier prix du Concours des jeunes interprètes de Radio-Canada, le prix Virginia Parker et le Maggie Teyte Memorial Prize, à Londres.

COLLABORATIONS

Elle chante avec les plus grands orchestres symphoniques, dont l'Orchestre symphonique de Montréal, le San Francisco Symphony, le Chicago Symphony, le New York Philharmonic et le Rotterdam Philharmonic, sans oublier les orchestres baroques tels Les Talens Lyriques, le Venice Baroque Orchestra, l’Accademia Bizantina, Il Complesso Barocco, l’Akademie Für Alte Musik Berlin, le Tafelmusik Baroque Orchestra et Les Violons du Roy. Elle a chanté sous la direction de Charles Dutoit, de Michael Tilson Thomas, de Bernard Labadie, de Christophe Rousset, d’Alan Curtis, de Sir Roger Norrington, de Kent Nagano, de Semyon Bychkov, de Hulmut Rilling et de Yannick Nézet-Séguin et elle donne des récitals avec les pianistes Marc-André Hamelin, Angela Hewitt, Michael McMahon et Roger Vignoles.
 
Elle a été Alcina (Handel) avec Les Talens Lyriques et Ariadne dans Die Schöne und getreue Ariadne, de Georg Conradi pour le Boston Early Music Festival. Elle a chanté Seleuce dans Tolomeo de Handel avec Alan Curtis, avec qui elle a aussi collaboré pour l’enregistrement d'opéras de Handel sur étiquettes ARCHIV/Deutsche Grammophon, Virgin et Naïve, entre autres. On l'a entendue notamment dans Tito Manlio (Vivaldi) à Bruxelles et au Barbican à Londres, dans Ezio (Handel) à Paris et à Vienne, dans Giulio Cesare (Handel) à Paris et à Vienne également, ainsi que dans Juditha Triumphans (Vivaldi) avec Andrea Marcon au Concertgebouw d'Amsterdam. Ses interprétations avec le Boston Early Music Festival Orchestra lui ont valu des nominations aux Grammy Awards en 2007 et en 2009.

Son importante discographie – plus de 30 titres – compte de nombreuses récompenses, dont un « Chamber Music America Award » pour son disque Fête Galante avec le pianiste Marc-André Hamelin, ainsi que plusieurs prix Opus.
 
Parmi ses projets récents, mentionnons une tournée européenne et un enregistrement de Ariodante (Handel) pour EMI Virgin Classics, une tournée européenne et un enregistrement de Giulio Cesare pour la maison Naïve, tous deux avec Il Complesso Barocco et Alan Curtis. Elle a aussi chanté Le Martyre de St-Sébastien et la Symphonie n° 2 (Mahler) avec l'Orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction de Michael Tilson-Thomas. En 2009, elle enregistrait Les Illuminations de Britten avec les Violons du Roy, sous la direction de Jean-Marie Zeitouni, et elle vient de terminer un disque en hommage à Anna Maria Strada del Po, avec Alexander Weimann et Arion Orchestre Baroque.

Récemment, elle a chanté la Princesse dans l’Enfant et les sortilèges de Ravel, avec le Rotterdam Philharmonic et Yannick Nézet-Séguin, ainsi que la Johannes Passion de Bach avec les Violons du Roy et Bernard Labadie, en tournée au Canada puis au Carnegie Hall à New York. Les saisons qui viennent s’annoncent passionnantes : elle sera tour à tour Armida dans Rinaldo de Handel, au Glyndebourne Festival, Giunone dans la Callisto de Cavalli, au Bayerische Staatsoper, Vitellia dans La Clemenza di Tito de Mozart, au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, et Armide dans Armide de Gluck, au Nederlands Opera.

Critiques

  • Forum Opéra


    ...les traits fusent avec une précision et un éclat incomparable (« No, più soffrir non voglio ») ; de surcroît, on ne se lasse pas de l’entendre galber les longues lignes et ciseler les accents de sa splendide sicilienne en fa mineur « Che tirannia d’amor »...

  • Le journal de Montréal


    "Nous vous avions prévenu, la rentrée musicale sera solide. Dans un esprit tout à fait baroque et Oh combien enchanteur, la soprano Karina Gauvin rend hommage à ces Prima Donna "qui exercèrent sur le public une fascination quasi sans bornes". Tout en douceur et sans jamais faire preuve de haute voltige, la souriante Karina exprime l'art si difficile de chanter dans toute sa splendeur. À travers un corpus tout baroque qui comprend des oeuvres de Haendel en majeure partie, l'orchestre Arion et la soprano dans un élan majestueux expriment une certaine idée de la beauté."

  • Le Devoir


    "...je dois avouer que je trouve avec bonheur dans ce disque attentivement buriné les frémissements émotionnels.... Le Verdi piante d’Orlando (plage 3), notamment, met la table pour trois airs d’un rôle qui a fait la renommée de Karina Gauvin : celui de la sorcière Alcina. La saisissante entrée d’Ah moi cor, après un adagio orchestral très bien choisi...

  • Le Soleil


    «...son art atteint avec la maturité une limpidité et une souplesse qui enchantent.»

  • La Presse


    «...La technique est stupéfiante, avec un souffle qui semble illimité et lui permet d'exécuter à une vitesse folle et sans effort apparent les plus terrifiantes séquences de mélismes. On en a presque le souffle coupé, surtout que, partout, la voix demeure riche, colorée et juste. »

  • Le Figaro


    « ... le luxe, avec Jules César. Deux monstres sacrés, cette fois-ci : Marie-Nicole Lemieux et Karina Gauvin, les deux stars québécoises, plus gouleyantes et savoureuses que jamais. Elles crèvent l’écran, avec des voix glorieuses. On aura beau relever que Lemieux n’a pas, dans les airs de virtuosité, l’agilité händelienne et qu’elle compense par des effets, aussi irrésistibles soient-ils, alors que la vocalité de sa partenaire est plus adéquate, elles sont l’attraction »

  • Gramophone


    "...Gauvin's singing is spellbinding in the climactic scene..."

  • Fanfare


    I recently reviewed a recording of Handel arias by Karina Gauvin; in that review I praised her for “a beautiful, expressive voice and a secure technique that allows her to sing the most florid music easily, even displaying a very good trill.” Those exceptional qualities are again on display in her assumption of Fulvia.

  • Le Soleil


    Duo divin de divas.
    Voici un disque qu'il aurait été criminel de ne pas réaliser quand on songe à la manière dont la voix et la personnalité de Karina Gauvin et de Marie-Nicole Lemieux s'accordent.

    Elles sont passées entre les mains du même maître, ce qui les rend pratiquement soeurs de lait, et leur amitié précède leur entrée dans la profession. Elles ont souvent partagé la même scène, avec les Violons du Roy et à Musique de chambre à Sainte-Pétronille notamment, avec un succès renouvelé.

    Soudées par ce vécu, soutenues par l'accompagnement nuancé et la sollicitude experte de l'orchestre Il Complesso Barocco d'Alan Curtis, les deux complices s'abandonnent au plaisir de l'exploration d'airs et de duos peu fréquentés tirés de l'inépuisable catalogue de Handel..... Quand à Karina Gauvin, son art atteint avec la maturité une limpidité et une souplesse qui enchantent.

  • La Presse


    En exceptionnelle forme vocale, musicale et spirituelle, Karina Gauvin a traversé avec une rare maestria, et sans le moindre signe de fatigue, ce programme extrêmement exigeant que peu de chanteuses, j'en suis sûr, oseraient s'imposer.

    J'avoue qu'il y a chez Karina Gauvin un petit côté «chanteuse populaire» qui m'a toujours un peu gêné. Je m'empresse d'en faire abstraction devant la totale sincérité de son engagement en tant qu'artiste, engagement dont le présent programme constitue une parfaite illustration. La technique est stupéfiante, avec un souffle qui semble illimité et lui permet d'exécuter à une vitesse folle et sans effort apparent les plus terrifiantes séquences de mélismes. On en a presque le souffle coupé, surtout que, partout, la voix demeure riche, colorée et juste. Il arrive que la diction soit, ici et là, un peu sacrifiée cependant.

    Karina Gauvin ne s'arrête pas à la virtuosité et à la beauté vocale. Elle apporte à tous les airs du présent programme le maximum d'expression et, à certains, comme ceux d'Alcina, une émotion incroyable, plutôt rare

  • L’Actualité


    Une des joies du chroniqueur est de pouvoir saisir le moment où un artiste atteint son zénith: Karina Gauvin flirte ici avec la perfection. J'ai dû consulter le livret pour m'assurer qu'il n'y avait pas de chanteuses invitées tant la palette de couleurs et la finesse de ses caractérisations multiplient les perspectives de sculptent des visages qui n'ont qu'un point commun: la voix de Gauvin.... Les duos sont sensationnels, l'amitié et la complicité des partenaires rejaillissant dans leur chant, extrêmement ciselé et complémentaire. Le duo qui prête son nom à l'album est inégalable et l'accompagnement d'Alan Curtis lui offre un écrin parfait.

  • CRITIQUES CD Tolomeo, Forum Opéra


    Héritant du rôle conçu pour le soprano aérien, volubile et suave de Francesca Cuzzoni (Seleuce), Karina Gauvin dans les jeux de l’amour (délicieux «Dite dov’è») mais parvient aussi à donner de l’épaisseur à cette beauté inquiète et mélancolique.

Répertoire


BACH, JOHANN SEBASTIAN

Johannes Passion
Matthäus Passion
Jauchzet Gott in allen Landen BWV 51
Weihnachtsoratorium
Magnificat
Weichet nur, betrübte Schatten BWV 202
Non sa che sia dolore BWV 209

BARBER, SAMUEL

Knoxville: Summer of 1915

BERLIOZ, HECTOR

Les nuits d'été

BRITTEN, BENJAMIN

Les Illuminations
Now Sleeps the Crimson Petal

BRAHMS, JOHANNES

Ein deutsches Requiem

COPLAND, AARON

Old American Songs

DEBUSSY, CLAUDE

La damoiselle élue
Le martyre de Saint-Sébastien

DUPARC, HENRY

Mélodies diverses

FAURÉ, GABRIEL

Requiem
Mélodies diverses

HAHN, REYNALDO

Mélodies diverses

HANDEL, GEORGE FRIDERIC

Hercules
The Messiah
Solomon
Clori, TIrsi e Fileno

HAYDN, JOSEPH

Die Schöpfung (The Creation)
Die Jahreszeiten (The Seasons)

MAHLER, GUSTAV

Symphony No. 2
Symphony No. 4

MENDELSSOHN, FELIX

Elias (Elijah)

MOZART, WOLFGANG AMADEUS

Missa en Ut mineur
Requiem
Vesperae solennes de confessore
Krönungsmesse
Motet Exsultate Jubilate

PERGOLESI, GIOVANNI BATTISTA

Stabat Mater

POULENC, FRANCIS

Gloria
Mélodies diverses

PURCELL, HENRY

Ode to Saint Cecilia

RAVEL, MAURICE

Shéhérazade

VIVALDI, ANTONIO

Gloria
Magnificat
Senna Festeggiante